Pré salon GILE Guangzhou 2020 : L’incroyable pari

Alors que le monde est plongé en plein cauchemar dont personne ne peut prévoir la fin, faute notamment d’une coordination internationale suffisante, la Chine d’où est partie cette épidémie meurtrière semble, à l’heure où nous écrivons ces lignes, en être sortie. Ne subsistent que quelques cas dits d’importation. La vie reprend peu à peu donc ses droits. Nous en voulons pour preuve le maintien de l’édition 2020 du salon GILE, acronyme de Guangzhou International Lighting Exhibition dont la date, à savoir du 9 au 12 juin, est maintenue.

Est-ce de la forfanterie, de l’ignorance lorsque l’on sait que la majorité des grands rendez-vous publics ou professionnels est reportée à l’automne au mieux ? A ce jour, difficile à dire, alors que la majeure partie de la planète est confinée et l’activité économique à l’arrêt. Il semble pourtant que les autorités de l’Empire du Milieu considèrent que le pire est passé grâce aux efforts gigantesques demandés à la population qui a accepté des contraintes draconiennes. Et n’allez pas imaginer que c’est seulement Wuhan et la région du Hubei qui a été obligée de les subir. C’est tout ce gigantesque pays qui s’est fermé comme une huître. Pas une région ne fut épargnée, même celles où les cas étaient quasi inexistants. Ainsi, non seulement Pékin, la capitale, eut à subir quasiment le même sort l’espace de quelques semaines, mais les contraintes ont également été appliquées à toutes les grandes villes industrielles, à l’instar de Shanghai, Shenzhen ou Guangzhou. Notons d’ailleurs que ces deux dernières ont très peu été touchées par le Covid19, puisque c’est ainsi qu’il faut l’appeler. Tant et si bien que l’activité a repris depuis la fin des vacances du Nouvel An chinois. Chacun a été prié de retourner au travail et les usines se sont mises à fonctionner de nouveau depuis un mois. Ceci dit, rien n’est facile. On n’arrête pas l’activité économique d’un pays de cette envergure sans conséquence, d’autant plus que nous avons à faire à la deuxième puissance mondiale et la première dans le domaine des exportations, lesquelles ont fait sa richesse en quelques décennies. Il va donc sans dire qu’il faudra encore du temps pour que cette énorme machine, qu’il est convenu d’appeler l’usine du monde, fonctionne à plein régime, sachant par exemple que l’occident, premier client est quasiment paralysé à ce jour.

Foi en l’avenir

Toutefois, il est un paramètre qu’il faut intégrer dans la décision de maintenir en juin la session 2020 du salon GILE, c’est sa date de tenue, puisque celui-ci aura lieu du 9 au 12 juin, dans une ville quasi épargnée du virus, et que d’ici là, celui-ci devait logiquement, du moins espérons-le, avoir entamé une décroissance, voire disparu. Il faut d’ailleurs l’espérer, car au-delà d’un confinement excédant trois mois, plus personne ne répond plus de rien. Il est un autre élément qu’il ne faut pas oublier, c’est le poids de Messe Francfort qui fait mieux que cautionner le salon puisqu’il en est l’organisateur. Nos amis allemands qui semblent être à ce jour les plus efficaces en Europe pour gérer cette crise sanitaire ne sont pas du genre à s’engager à la légère. Ils pèsent donc de tout leur poids dans cette décision. Auront-ils tort, auront-ils raison ? Seul l’avenir le dira à l’horizon de quelques semaines. Toujours est-il qu’il faut espérer grandement que celui-ci leur donnera raison. Quoi qu’il en soit, les organisateurs avancent dans l’organisation de ce rendez-vous d’envergure mondiale, rappelons-le, et ceci d’autant plus que l’autre événement planétaire dédié au domaine de l’éclairage, qui soit dit en passant est aussi une propriété de Messe Francfort, a été sans surprise annulé. Tant et si bien qu’il ne reste plus pour les professionnels du monde de l’éclairage, qu’un seul salon véritablement représentatif de la profession. D’ailleurs, il semble que celui-ci soit fort attendu, puisqu’à ce jour 2 600 entreprises et industriels ont d’ores et déjà réservé leur emplacement. De plus, il n’y a pas de vague d’annulations. Néanmoins, tout ce petit monde a les yeux fixés sur le calendrier. Mi-mai sera un moment crucial. Si tout va bien, il va sans dire que les visiteurs répondront massivement présent, tant ce métier ne cesse d’évoluer, de se transformer, d’innover. A tel point qu’il est de plus en plus difficile de suivre, tant les technologies évoluent à une vitesse folle depuis environ une décennie, et la Chine n’est pas la dernière à y participer, tant s’en faut. De plus, cette course à l’innovation n’est pas liée à l’hyper consommation et ses dérives. Nous ne sommes ni dans l’inutile, ni le superflu. L’univers de l’éclairage est devenu au fil du temps un éco système à proprement parler. C’est ainsi qu’il balaie des secteurs d’activité insoupçonnés, grâce aux découvertes récentes qui autorisent des progrès spectaculaires dans des secteurs aussi variés que la surveillance (dont les chinois sont, soit dit en passant, des experts, NDLR), la sécurité, le confort, le bien-être, la santé, et autres domaines. Tout ceci grâce à deux découvertes absolument majeures que sont la connectivité et l’Internet des objets qui ont permis à eux seuls le développement de ce fameux éco système, lequel constituera le thème majeur du salon. Celui-ci intègrera également une donnée fondamentale, à savoir celle des économies d’énergie dans le domaine de l’habitat. Il est ainsi prouvé depuis longtemps que l’éclairage est la source majeure de consommation énergétique du bâtiment, quel qu’il soit. Messe Francfort en a fait son cheval de bataille depuis longtemps à l’occasion du salon Light & Building. Le sujet est donc de la plus haute importance pour nos amis allemands, et ceci ne date pas d’hier. Ils ne se sont donc pas privés pour faire passer le message à leurs équipes chinoises lesquelles l’ont reçu 5 sur 5. Celui-ci est d’autant plus crucial qu’avec cette terrible crise sanitaire que nous subissons, il est évident que notre approche de notre façon de nous comporter va changer, même s’il ne faut pas se faire trop d’illusions quant aux appétits en termes de désir d’achats. L’envie sera trop forte après une telle période de manque. Cependant, il ne faudra pas oublier que celle-ci aura des répercussions sur la bourse des consommateurs qui seront plus que jamais sensibles aux phénomènes d’économie et de respect environnemental. Dans un tel contexte, l’éclairage aura un rôle majeur.

Telle est donc l’offre qui sera proposée sur le salon GILE, à propos duquel nous croisons les doigts. S’il a lieu, cela voudra dire que ce cauchemar est derrière nous.

GILE Guangzhou
China Import and export Fair Complex
9/12 juin 2020 Guangzhou