Web-conférence Inoha/FMB : Un bilan positif pour le bricolage en 2019

En 2019, le marché du bricolage représente 28 milliards d’euros. Soit, une hausse du chiffre d’affaires de 3,4 % par rapport à 2018. Cela n’était pas arrivé depuis la crise économique de 2008. Mais le contexte sanitaire actuel, causé par le Covid-19, vient freiner cette croissance enfin retrouvée.

Présentation des chiffres 2019 du marché du bricolage lors d’une web conférence organisée par la FMB et Inoha le jeudi 7 mai

Le marché du bricolage se découpe en 2 phases. Une première qui a duré de 1998 à 2008, et qui représente une période de développement des usages. Mais un point d’arrêt s’instaure en 2008 suite à la crise économique. Depuis, l’univers du bricolage peine à retrouver sa croissance et, ce, jusqu’en 2019. Actuellement, en termes de croissance, le secteur se retrouve à égalité avec celui du multimédia. Comment l’expliquer ? Faire des travaux est une activité étroitement liée à l’immobilier. D’ailleurs, cette année, on enregistre des ventes record d’immobilier ancien : 1 068 000 transactions. Cela représente, pour le bricolage, des millions de projets potentiels en termes de rénovations. Bien sûr, il faut tenir compte de l’arbitrage entre le DIY (+ 3,4 %) et la délégation à un artisan. À noter que le marché Cuisine et Salle de bain représente 2,4 milliards d’euros du marché. En moyenne, les Français refont leurs cuisines tous les 21 ans. Concernant la distribution, les Grandes Surfaces de Bricolage (GSB) couvrent les 3/4 du marché avec un chiffre d’affaires d’environ 20 milliards d’euros, et une croissance positive de 2,5 %. Elles sont talonnées de près par les négoces qui ont augmenté leurs ventes aux particuliers : un taux de croissance de +3,5 % et un chiffre d’affaires de 4 042 milliards d’euros. De son côté, le e-commerce progresse de 11,8 % contre 18 % en 2018. Le cumul des ventes et des livraisons représente une recette totale de 2 414 milliards d’euros.

Focus sur les GSB
Aujourd’hui, le marché des GSB est arrivé à maturité et représente 74 % du marché global. Les investissements en termes de superficies diminuent, mais cette année les GSB ont gagné 44 000 mètres carrés supplémentaires. Cependant, on peut observer que la rentabilité au mètre carré augmente. En effet, les responsables d’enseignes cherchent à optimiser et adapter au mieux leurs espaces de ventes, plutôt que de les développer. Lorsque l’on se penche sur les détails, 4 groupes régissent ce secteur d’activité. Ils représentent 94 % des parts du marché. Le premier est Adeo avec 44 %, qui regroupe entre autres Leroy Merlin (37 %), Weldom (4 %) et Bricoman (3 %). Il est suivi par Kingfisher à 27 % grâce aux enseignes comme Castorama (14 %) ou encore Brico Dépôt (13 %). Le groupe les Mousquetaires composé de Bricomarché (9 %), Bricorama et Batkor (4 %), Bricocash (1 %) représente 14 % du secteur. Enfin, en dernière position Mr Bricolage avec 8 % : Mr Bricolage (6 %) et Les Briconautes (2 %).

E-commerce ou ventes en magasin ?
Le secteur du e-commerce obtient une croissance comprise entre 10 et 15 %. Le bricolage, qui occupe 9 % du marché, s’y est positionné un peu tard. Si l’on prend l’activité du meuble, le commerce en ligne a été le mode d’achats le moins performant avec une croissance de 0,7 % (+4,1 % en 2018). Mais le bricolage se recentre essentiellement sur les leaders de ce secteur, encore en plein essor. Les sites d’enseignes progressent davantage que les pure players. De manière générale, le panier moyen du consommateur augmente. Aujourd’hui environ 62 % des bricoleurs consultent sur Internet, ce choix est déterminant pour 80 % d’entre eux. A contrario, la confiance envers le numérique se dégrade. Les consommateurs continuent, pour la plupart, de préférer les ventes en magasin et les contacts avec les vendeurs. Par exemple, le secteur de la domotique abritait beaucoup d’espoirs, mais n’avance pas. Seulement 11 % d’objets connectés sont présents dans les foyers, et ce, seulement pour les applications les plus connues. Actuellement, 59 % de la population souhaitent avoir une maison intelligente.

L’essor de la décoration et du papier peint
La décoration est un univers très vaste, qui s’est divisé par 4 en 40 ans. Cette année, le plus gros de son chiffre d’affaires a été réalisé par le luminaire. Et ce n’est pas la seule nouveauté : le bon vieux papier peint reprend du service. Précédemment, le monde de la décoration a eu à faire à une série de fermetures de points de vente spécialisés en papiers peints comme par exemple 4 Murs; ce qui a provoqué un effondrement des volumes. Aujourd’hui, ce produit remonte la pente et existe dans des textures différentes avec des panoramiques. Il représente 8 % des articles proposés dans les GSB. Attention, les prix unitaires ne sont bien évidemment pas les mêmes. Le marché du bricolage, malgré une croissance renaissante, a donc bien été impacté par la pandémie du Covid-19. Mais il pourrait être re-dynamisé par les potentiels projets de travaux immobiliers. Un état des lieux plus précis sur les chiffres 2019 sera fait lors de notre table ronde dédiée à ce sujet.