Coronavirus : L’appel de la Ficime entendu par Bruno Le Maire

La Ficime (Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l’électronique) a finalement obtenu gain de cause suite à sa requête formulée auprès des pouvoirs publics, face au Coronavirus, le 26 février dernier.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances.

La Ficime (ainsi que les syndicats et unions qu’elle fédère) a sollicité le Gouvernement afin que celui-ci reconnaisse un cas de force majeure qui serait appliqué par les acteurs publics, d’une part, et les acteurs du secteur privé, d’autre part, afin de protéger toutes les entreprises d’éventuelles pénalités de retard et de perte de chiffre d’affaires. C’est chose faite. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé, début mars, la reconnaissance du cas de force majeure et sa volonté de voir les acteurs du secteur privé l’appliquer également. Ravie d’avoir été entendue, la fédération a, de son côté, mis en place une cellule de crise pour accompagner ses 417 entreprises adhérentes, issues des secteurs de la mécanique et de l’électronique.