Covid-19, vers une redécouverte de l’habitat ?

Confinés chez eux, les Français ont eu le temps de bricoler, nettoyer ou encore ranger leurs logements. Le bricolage est en train de devenir une tendance ; voire même un véritable art de vivre.

Lorsque l’Homme bricole, cela signifie qu’il prend soin de sa maison. Une attention particulière est accordée au fait de valoriser et de façonner son logement. Ces actions permettent de mieux apprécier d’être chez soi. Mais, ce besoin d’entretenir son intérieur date environ de la Préhistoire.

Bricoler, un besoin de première nécessité ?

La pyramide de Maslow classe les besoins de l’Homme du plus au moins important. Elle stipule que l’on doit d’abord satisfaire ceux situés en bas de l’échelle, avant de s’occuper de ceux du haut comme l’eau ou la nourriture.
Mais quel est le rapport avec le bricolage ? Pour l’être humain – comme l’a confirmé le confinement – entretenir son habitat est un besoin très important. Premièrement – au niveau physiologique – depuis tout temps, il est indispensable, pour chaque individu, d’avoir un toit au-dessus sa tête. Cet endroit est rapidement associé à une solution pour être en sécurité et se protéger du monde extérieur. De plus, avoir un logement à soi permet de créer avec des proches des liens privilégiés et d’appartenir à un cercle de personnes. Enfin, l’habitat permet de montrer à autrui sa réussite – grâce à la taille ou le secteur géographique – mais aussi, de se définir à travers la décoration, l’ameublement, l’architecture, etc.

Redécouvrir son chez-soi

Grâce au confinement, bricoler serait devenu une solution plus économique et incontournable pour la majorité des ménages. Une véritable prise de conscience s’est observée en ce qui concerne l’entretien de son intérieur durant cette période. Il s’agit d’un point de départ positif pour les univers de la décoration, du bricolage ou encore du jardin.
Aujourd’hui, il est nécessaire de bricoler et pourquoi pas – avec le télétravail – de réaménager certains espaces. En plus de cela, faire ses travaux soi-même amène à un sentiment de gratification et de liberté ; il permet aussi d’exprimer sa créativité. Pour certains il s’agissait d’une activité pour se dépenser, comme un sport. Une nouvelle vague de bricoleurs est née durant cette crise sanitaire.

Les actions du bricolage

Afin de garder ses nouveaux adeptes, Edra-Ghin propose une gamme de produits de qualité plus large, avec la possibilité de les personnaliser. Les marques s’engagent également à garantir un service à la clientèle haut de gamme. L’objectif étant de donner envie à cette nouvelle communauté de continuer de bricoler, au-delà de cette période particulière. Par exemple, des ateliers pour apprendre ou se perfectionner dans certains domaines se développent de plus en plus.
Attention ! Ce secteur est en difficulté – dans le contexte actuel – et fait face à des défis en termes de durabilité et d’évolution croissante de la numérisation sociétale. Les sites en ligne, comme amazon ou encore alibaba, font partie des préoccupations majeures d’Edra-Ghin. Enfin, la réouverture des points de vente s’est faite sous pression, avec l’organisation et la mise en place des gestes d’hygiène. Heureusement, les gouvernements ont accordé un nombre croissant d’aides fiscales pour des projets de bricolage économes.

L’ensemble de ces défis ne fait pas perdre de vue le fait que les entreprises de bricolage jouent un rôle clé pour aider les clients à valoriser, façonner et aimer leur habitat.