Inoha, le discours choc de son président

Jean-Eric Riche, Président d’Inoha.

Après une journée de travail et la remise des Trophées 2019, Jean-Eric Riche, Président d’INOHA a tenu un discours grave qui a surpris bien des convives. Sa crainte ? Que l’univers du bricolage devienne un marché où règne la loi du plus fort…

«Anxiété, découragement, désarroi, lassitude, dégradation morale depuis cinq ans… », les mots égrenés par Jean-Eric Riche, Président d’INOHA, lors de leur soirée annuelle, sont lourds de signification. Le ton employé est grave. La voix est parfois mal assurée. Le silence est assourdissant. Serait- ce le calme avant la tempête ? Pourtant, selon le Président, « le marché résiste bien aux crises, même si la progression est modeste chaque année ».

Alors ? Notre homme ne fait que traduire la très grande inquiétude des industriels. « Pendant 40 ans, le partenariat établi entre les industriels et les distributeurs a permis un partage des fruits de la création de valeur et de la croissance, rappelle Jean-Eric Riche. Le Code de bonne conduite des relations commerciales, partagé depuis 1993, a fluidifié les relations. Mais le monde est en train de changer ! ». La montée en puissance d’Internet et la concentration de la distribution bouleversent le marché.

Et c’est cette brutalité du changement que le président d’INOHA fustige, non sans un courage certain, en rappelant quelques faits. D’abord, la massification des achats en Europe d’un grand groupe de distribution qui a mis en difficulté des industriels, voire en a fait disparaître. Ensuite, la volonté d’enseignes de devenir industriels, reléguant les fournisseurs actuels au rang de simples sous-traitants. Enfin, la décision d’une enseigne qui remet en cause le Code de bonnes conduites, avec, en ligne de mire, la volonté d’écourter le délai accordé lors d’un déréférencement. Sans jamais être nommés, chacun a reconnu Kingfisher et Leroy Merlin.

« Autant de décisions qui n’ont fait qu’accroître la défiance des industriels, poursuit Jean-Eric Riche, dans un silence total. Et d’approfondir le fossé entre nous. Allons-nous vers des relations où la loi du plus fort sera la règle ? Le point de rupture n’est pas loin… ». La puissance du discours du “patron” des fournisseurs en surprend plus d’un. Mais il est partagé par nombre d’adhérents d’INOHA. L’alerte est donnée. « Si vis pacem, para bellum », INOHA ferait-il sien ce proverbe latin ? Très probablement pas. En effet, refusant tout pessimisme, malgré le constat présent, le président d’INOHA affirme que son organisation souhaite un retour du dialogue et du partage en proposant de mettre en oeuvre, début 2020, conjointement avec la FMB, des États généraux de la filière avant que les Pouvoirs publics ne l’imposent. « Redessinons et réinventons ensemble notre avenir », plaide-t-il. La distribution saisira-t-elle cette main tendue ? Visée, Leroy Merlin s’est expliqué dans un communiqué. « Le Code de bonne conduite FMB-INOHA continue à s’appliquer, hors condition des délais de déréférencement, précise l’enseigne. Nous avons, en effet, constaté que le Code de bonne conduite n’était pas à jour des nouvelles dispositions légales fixées par la loi Egalim applicable au 1er janvier 2020 concernant les délais de déréférencement ». En clair, l’article auquel fait référence le Code de bonne conduite est devenu caduc au profit d’un nouvel article de la nouvelle loi qui ne fait plus la distinction entre produits de marque et MDD.

Et pour calmer le jeu, l’enseigne de poursuivre : « Nous avons décidé de déroger uniquement à cette partie du code, le reste des dispositions demeurant applicables. La société Leroy Merlin prend à coeur d’appliquer comme référentiel commun le code de bonne conduite signé par la FMB et INOHA dans le cadre de ses relations avec ses fournisseurs. Cette situation est temporaire dans l’attente que le groupe de travail, auquel nous participons activement, apporte une mise à jour du Code de bonne conduite FMB/INOHA sur ce point particulier des délais de déréférencement ». L’actualisation du Code sortirat- elle des États généraux du bricolage demandé par INOHA ? Réponse en 2020 !