Interzum Guangzhou 2020 : Course contre la montre

Annoncé fin mars, le salon Interzum Guangzhou n’a pas échappé aux ravages du Covid. Comme tous les rendez-vous professionnels mondiaux, il n’a pu se dérouler en temps et en heure. Il en faut manifestement plus pour décourager Koelnmesse, puisque celui-ci se tiendra finalement du 27 au 30 juillet

Ainsi donc, après le maintien du spoga+gafa, les organisateurs allemands ont décidé d’appuyer sur l’accélérateur via leur branche chinoise à qui sera confiée comme d’habitude cette version 2020. Si l’on peut dire aujourd’hui que l’épidémie a disparu du territoire chinois, il semble presque acquis que les bonnes nouvelles s’ajoutent aux bonnes nouvelles, si l’on regarde de près l’évolution du virus qui empoisonne la planète depuis 6 mois, en faisant des ravages dans l’économie mondiale et des centaines de milliers de victimes. Il semble désormais acquis que celui-ci est en voie spectaculaire de disparition en Europe occidentale, et en phase de régression sur le territoire américain. Reste le problème de l’Amérique latine où le Brésil est devenu l’épicentre. Néanmoins, si l’on se fie à l’évolution des choses, celle-ci devrait connaître dans les semaines qui viennent le même processus de ralentissement. Est-ce à dire que cette horreur est en voie de disparition complète ? Difficile à dire. Toujours est-il qu’il est beaucoup moins virulent, donc beaucoup moins contagieux. Certes, il reste grosso modo un mois pour se faire une opinion définitive, mais tout porte à croire que le monde est presque sorti d’affaire. C’est par contre beaucoup moins vrai pour l’économie mondiale qui vient de subir un des chocs les plus importants de son histoire. Par conséquent, il va falloir s’attendre à des remous terribles dans les mois qui viennent dans de nombreux secteurs. Nous ne les citerons pas tous, tant la liste peut effrayer, mais un de ceux qui a été le plus touché c’est celui de l’évènementiel.
Frappés de plein fouet
Tous les salons sans la moindre exception ont été purement et simplement annulés, avec tout ce que cela représente comme préjudice sur le plan financier. Ainsi Koelnmesse a-t-il été frappé de plein fouet par ces évènements calamiteux. Il s’agit maintenant de remonter au front pour l’organisateur allemand et le challenge est de taille, vu l’étendue du portefeuille de ses plateformes, sachant à fortiori que nombre d’entre elles sont réparties dans le monde. Heureusement, l’Allemagne a été un des pays ayant le mieux géré cette terrible crise, tant et si bien qu’elle est depuis quelques semaines déjà libérée du carcan d’un confinement qu’elle a géré avec beaucoup d’intelligence. Tout ceci fait que du côté de Cologne et de ses filiales, on s’est remis très vite au travail, afin de relancer dans les délais les plus brefs tous les rendez-vous professionnels qui peuvent l’être, tout en assumant les risques que cela comporte. Ainsi en Europe, le salon spoga+gafa est d’ores et déjà lancé pour l’édition 2020 qui se tiendra finalement comme prévu du 6 au 8 septembre. A moins d’un retour massif et brutal de l’épidémie, il reste plus de trois mois avant d’accueillir visiteurs et exposants sur le parc des expositions de la cité rhénane. Il y a donc encore de la marge d’ici là.

Un pari fou ? Pas vraiment

C’est un challenge d’une autre envergure auquel s’attaque Koelnmesse avec Interzum Guangzhou. En effet, c’est en Chine, cette fois-ci, que Koelnmesse va déployer son savoir-faire en collaboration très étroite avec sa branche locale. Tout repose en fait sur un pari et non des moindres puisqu’il va s’agir de retour à l’ouverture des frontières. S’il est acquis que les vols intracommunautaires européens seront de retour vers la mi-juin, il n’en est pas de même avec la réouverture du trafic international, du moins vers l’Asie, et surtout la Chine qui a fermé ses frontières à double tour depuis un bon bout de temps, ce qui soit dit en passant a permis de casser la circulation du virus. Cependant chez Koelnmesse, on prend le pari que le mouvement va s’accélérer. Il existe d’ores et déjà des signes encourageants. Ainsi les vols dès le 2 juin passeront d’une centaine à plus de 400. Il est vrai qu’après avoir répandu le malheur dans le monde, le pays a connu et connaît encore un sacré coup de tabac, puisque son PIB est à ce jour à peine supérieur à 1 % et que le chômage grimpe en flèche. Il est donc indispensable que l’Empire du Milieu rouvre ses portes, sachant que son marché intérieur est certes important, mais représente une partie insuffisante de ses revenus. Il est donc impératif qu’elle se repositionne à l’export, même si ce ne sera pas simple. Son image est altérée par un régime de plus en plus totalitaire. Néanmoins, business is business et le réalisme va très certainement reprendre le pas. Les échanges commerciaux sont aussi essentiels pour nos amis allemands qui ont 5 200 entreprises implantées en Chine. D’ailleurs les premiers avions européens à destination chinoise ont décollé d’Allemagne.

Une certaine urgence

C’est donc pour cela qu’il est important pour les deux parties que le salon Interzum Guangzhou puisse avoir lieu. Il y a urgence pour les deux parties. N’oublions pas que le salon est le petit frère d’Interzum Cologne, une des plateformes les plus anciennes et les plus importantes, laquelle se tient tous les deux ans. Il est donc essentiel pour les deux parties de raccrocher les wagons. C’est pour ces raisons que Koelnmesse a décidé de prendre ce risque avec la date. Il faut dire en plus que l’offre que l’on connaît bien, à savoir le marché des composants et accessoires du meuble meublant, de la cuisine, de la salle de bains, en passant par les parquets et aménagements intérieurs, surfaces et papiers peints de décoration, les sols en laminés, panneaux en bois, fixations et serrures, matériaux pour les canapés et sofas, sans oublier le secteur literie ne cessait de monter en puissance d’année en année. Beaucoup de ces composants sont fabriqués en Chine, ce qui fait qu’il constitue un rendez-vous de référence pour les acheteurs du secteur. Enfin, il existe cette cohorte d’acheteurs locaux toujours attirés par les productions occidentales, mais oseront-elles venir cette année ? La question est posée, sachant quand même que les fabricants germaniques seront évidemment présents.
Voilà donc un nouveau pari qui se dresse devant les organisateurs allemands et il est de taille. Tout sera-t-il en ordre de marche à temps ? Tout va dépendre de la défaite à plates coutures d’un ennemi microscopique qui aura saccagé la planète pendant des mois.

Interzum Guangzhou : 27/30 juillet
China Import and export Fair Complex (Pazhou Complex)
Guangzhou