Jean-Luc Garnier / JdC Garden Trends : « Un premier bilan pour les JDC Connect ! »

Les organisateurs des JdC Garden Trends ont lancé le 27 avril dernier JDC Connect, une nouvelle plateforme digitale pour la distribution du jardin. Jean-Luc Garnier, Directeur de la manifestation, dresse un premier bilan et revient sur la façon dont fournisseurs et enseignes s’approprient ce nouvel outil.

Pouvez-vous nous rappeler les raisons qui vous ont amenés à créer les JdC Connect et les modalités de fonctionnement de cette plateforme digitale ?
La création de la plateforme s’est faite dans ce contexte exceptionnel lié à la Covid 19 qui nous a imposé de décaler l’édition 2020 des JdC Garden Trends à 2021. Nous avons eu très vite la volonté d’accompagner nos clients, fournisseurs et acheteurs de la filière jardin, dans la poursuite de leur activité malgré ce décalage. JdC Connect est une plateforme digitale qui permet aux acheteurs et aux fournisseurs d’opérer des référencements au travers de plusieurs fonctionnalités (bases qualifiées des acheteurs et des fournisseurs, présentation de produits par les fournisseurs, planification et organisation de rendez-vous d’affaires à distance en audio et en vidéo…). Notre objectif est de proposer un service qui permette de préparer la reprise, et de rester mobilisés pour la filière.

Quels sont les premiers retours des exposants et des acheteurs sur les JdC Connect ?
Comme je le rappelais à l’instant, la plateforme a été lancée dans un contexte très tendu pour le marché. Les professionnels du jardin n’ont pas encore forcément eu l’opportunité de découvrir l’ensemble des fonctionnalités de JdC Connect. Bref, ils sont en train de s’approprier ce nouvel outil. Certains sont très actifs et d’autres moins. L’usage de la plateforme, tant par les acheteurs que par les fournisseurs, a donc vocation à se développer. En attendant, nous étudions d’ores et déjà les différents types d’usages de la plateforme. En effet, chacun utilisant l’outil selon ses besoins, cela génère forcément des modalités d’utilisation très différentes. Afin de guider les utilisateurs, nous venons d’ailleurs de mettre en place un animateur de la plateforme. Celui-ci a la mission d’accompagner fournisseurs et enseignes dans la découverte de chacune des fonctionnalités de l’outil, mais également d’alerter l’utilisateur quand il a un message ou un rendez-vous, ceci afin de profiter de chaque opportunité qui se présente.

Jusqu’où les acheteurs se sont approprié ce nouvel outil ? L’utilisent-ils pour leurs référencements 2021 ?
Il est encore trop tôt pour mesurer l’utilisation par les acheteurs et les résultats sur les référencements. Mais nous savons déjà que des rendez-vous sont organisés en ce moment, notamment pour les référencements de fin de saison. En outre, l’audience de la plateforme est appelée à progresser. Nous visons en effet de nouvelles cibles comme les paysagistes, ces derniers étant susceptibles d’apporter de nouvelles opportunités à nos exposants. Bref, nous travaillons à élargir le potentiel de business pour les fournisseurs.

Quels sont vos projets pour les JdC Connect ces prochains mois ? Allez-vous développer davantage encore la plateforme ?
La plateforme, depuis son ouverture, est en constante évolution. Nous écoutons avec beaucoup d’attention les retours de nos clients. Des évolutions de forme (notamment sur la présentation des produits des fournisseurs) vont être apportées dans les semaines qui viennent.

Quel sera l’apport des JDC Connect à la prochaine édition du salon physique en 2021 ? De quelle manière la plateforme peut-elle venir compléter et accompagner l’événement, voire être un levier de croissance pour la manifestation ?
Tout d’abord, JdC Connect est exclusivement réservé aux partenaires exposants des JdC. Les fournisseurs non présents sur le salon n’y sont pas référencés. Nous pensons que le digital est un moyen d’enrichir et d’améliorer la participation et l’expérience aux JdC, à la fois pour les acheteurs et les fournisseurs. C’est un véritable outil de sourcing, de préparation et d’optimisation des rendez-vous à réaliser sur place pendant l’événement, mais également après, en complément. Enfin, c’est également un moyen, pour les fournisseurs, d’être visible auprès de populations additionnelles qui ne sont pas toutes présentes à Marseille pendant le salon (jardineries indépendantes, paysagistes, négoce, centrales internationales, etc.).