La salle de bain… un marché en pause

La troisième édition des Etats Généraux de la Salle de Bain s’est tenue en mai dernier. L’occasion de dévoiler le palmarès des Salles de Bain Remarquables. Les quatorze lauréats ont été distingués pour leur caractère unique et différenciant.

Au Jardin de l’Acclimatation, le 23 mai dernier, se sont tenus les Etats Généraux de la Salle de Bain. Ce rendez-vous annuel, pour la troisième année consécutive est organisé par l’Afisb, en partenariat avec le Gifam, l’Ameublement français, Profluid, Uniclima et le Gil.  L’Afisb – Association Française des Industries de la Salle de Bain – regroupe les grands acteurs du secteur. Ses actions principales sont de réaliser des études de marché, d’organiser le salon Idéobain et, comme dernièrement, de tenir des états généraux. Ce qui est important pour l’Afisb et son Président, Yves Danielou, c’est de continuer à « faire ensemble » afin de « fédérer les acteurs pour une meilleure coopération » et ainsi mieux comprendre les intentions des consommateurs, car ces derniers sont devenus des véritables prescripteurs de projets.

Croissance positive, mais ralentie

L’Afisb a donc présenté le bilan 2018 de son étude de marché. Cette dernière revient en détail sur les différents segments – tous réseaux confondus – qui composent ce marché : pièces céramiques, baignoires (nues et balnéo), parois de douches et pare-bains, cabines de douches, meubles de salles de bains et robinetterie sanitaire. En 2018, trois nouvelles familles de produits sont venues compléter cette étude : les receveurs, les panneaux muraux décoratifs qui représentent un nouveau marché et l’équipement de la douche dont il s’agit de la première prise en compte.Après deux belles années de croissances (+ 2,6 % en 2016 et + 1,2 % en 2017), le marché de la salle de bain marque le pas, mais reste pour autant en positif : + 0,5 % en 2018. Un résultat essentiellement porté par les activités bâti-supports (+ 9,7 %), céramique (+ 1,9 %) et robinetterie (+ 1,4 %). Les principales activités restent positives à l’exception du meuble (- 2,5 %).