Les Français et le jardin : Naissance d’une nouvelle tendance ?

Les chiffres Promojardin

Depuis le début du confinement, une nouvelle vague de jardiniers a vu le jour. Enfermés chez eux, certains Français se sont découvert une véritable main verte. Maintenant que la vie « normale » reprend progressivement son cours, ces néo-jardiniers continueront-ils à pratiquer cette activité ?

En 2019 le marché du jardin a effectué un bond en avant, avec une hausse de 3,5 % de son chiffre d’affaires. Une croissance qui a été rendue possible grâce à une météo douce et favorable au début du printemps. Il s’agit de la deuxième meilleure performance de ce marché en 10 ans. Ce sont en particulier les secteurs de l’aménagement (+ 9 %) et des végétaux d’extérieur (+ 5 %) qui sont à l’origine de cette amélioration. Seuls les produits pour l’entretien du jardin n’ont pas bénéficié de la situation (- 1,9 %). Les GSB et les jardineries restent cependant les plus gros distributeurs malgré une progression de 14 % du e-commerce et de 13 % des enseignes d’ameublement.

Comment jardinent les Français ?
Pour la première fois Promojardin a réalisé un sondage auprès des consommateurs. L’objectif étant de déterminer les pratiques de jardinages des Français et de mieux connaitre les produits qu’ils utilisent ainsi que les lieux où ils les achètent. Cette étude a démontré que 74 % de la population a pratiqué, au moins une fois, du jardinage en avril 2020. Parmi les activités les plus réputées figurent la plantation (44 %), la tonte du gazon (43,6 %) – un secteur qui a diminué de près de 5 % depuis avril 2019 – et le désherbage (39,6 %). En ce qui concerne les achats, les consommateurs achètent principalement des graines, bulbes ou gazon (27,6 %), des produits pour le jardin (25,6 %) mais aussi des fleurs et plantes d’intérieur (25,1 %). Les hyper/supermarchés (23,6 %) et les jardineries (18,3 %) apparaissent comme les lieux les plus fréquentés pour ce genre d’achats.

Un impact économique de la Covid-19
Durant la crise sanitaire, des mouvements de consommateurs cross circuits se sont développés. En effet, les clients privilégiaient le web aux magasins et les magasins locaux à Internet quand cela était possible. Les GSA ainsi que les supermarchés ont également été privilégiés. De plus, des décisions importantes ont été prises comme la fermeture de certains points de vente ou certaines usines. Côté logistique, le chômage partiel s’est développé en France et le personnel disponible s’est vu diminuer. Cependant, la réouverture des magasins a provoqué une reprise euphorique de l’activité de la part des clients, même si le niveau de consommation est historiquement bas.

Une reprise progressive
Bonne nouvelle pour le secteur du jardinage, le panier moyen a augmenté. En plus de cela, les visites en magasin sont plus efficaces car le consommateur a préparé sa venue. Tout au long du confinement, les professionnels ont su gérer avec réactivité les offres de produits de crise, et certaines usines ont pu rester ouvertes. Cependant, le manque de transporteurs se fait ressentir au niveau du réapprovisionnement de quelques magasins. Pour certains points de vente, les mesures de sécurité instaurées par le gouvernement ont été bien reçues, mais la compréhension face à la rupture de stocks de certaines demandes n’est pas toujours au rendez-vous. Les commandes en ligne augmentent et les magasins tentent de s’organiser au mieux pour répondre à une grosse affluence.