Marché du BBQ 2019 : Retard à l’allumage ?

Plutôt habitué à performer, le marché français du barbecue (BBQ) accuse le coup en 2019. Faute de soleil et de température clémente, l’univers de la cuisson de plein air prend l’eau… Heureusement, le dynamisme des industriels est intact. Mieux, un vent d’innovation continue à souffler sur les braises !

Partie intégrante du marché du jardin dont il assure depuis plusieurs années une substantielle partie de la croissance, le barbecue (BBQ) tend aujourd’hui à devenir un véritable outil de cuisine. Un outil très démocratique même, plus de douze millions de Français possédant aujourd’hui un barbecue ! De plus en plus esthétique et facile à utiliser, le barbecue est en effet devenu l’un des équipements de jardin les plus appréciés des jardiniers qui le considèrent désormais comme un véritable appareil culinaire. Idem pour la plancha qui continue à performer ces derniers mois. Innovations technologiques obligent, les équipements de cuisson de plein air sont de plus en plus accessoirisés et dotés de fonctionnalités leur permettant bien sûr de griller et de braiser, mais également de varier les types de cuissons. Résultat, les jours fériés, les jours de congé, mais surtout les jours de beau temps sont l’occasion par excellence pour sortir le barbecue. Bref, l’univers de la cuisson de plein air est à la fête ! Des festivités qui pourraient toutefois tourner court… Car si la saison commence généralement en mars pour se terminer fin août, il est des années où celle-ci se fait attendre, pour ne débuter que très tardivement. C’est le cas de la saison dernière où il aura fallu attendre les premiers jours de juillet pour voir arriver les premiers rayons de soleil et commencer à sortir les barbecues et les planchas.

Paroles d’experts…

Guillaume Bailly,
Mr Bricolage
Basse Goulaine (44).

Andréa Champy,
Consultante marketing Jardin GfK.

Nicolas Dubar,
Directeur commercial Somagic.

Elodie Van Lente,
Account manager Cadac France.

« Le printemps n’a pas été favorable à la cuisson de plein air d’un point de vue météo et si les chaleurs de juillet/août ont remis le marché sur le chemin de la croissance, elles n’ont pas permis de compenser les pertes au total », explique ainsi Andréa Champy, Consultante marketing Jardin chez GfK. Résultat, si les fondamentaux de ce dernier sont intacts, les progressions à deux chiffres des belles années ne sont plus qu’un lointain souvenir… Le marché patine pour la deuxième année consécutive et enregistre un recul de son chiffre d’affaires de 2,5 %. En retrait de 7,6 %, les volumes sont également en berne. Il faut toutefois se garder de noircir le tableau, certains segments continuent en effet à apporter de la vale ur au marché…

Les barbecues sont en vitrine…

Hourra pour la plancha !
C’est plus particulièrement le cas de celui de la plancha. Coutumière ces dernières années des bonnes performances, cette catégorie de produits continue en 2019 – et 2020 ! – à bénéficier d’une image doublement positive. Rappelons ainsi que la plancha allie à des cuissons saines – sans matières grasses – une forte composante conviviale issue de l’origine géographie de cet équipement, le sud et plus particulièrement le sud-ouest.
D’un point de vue technique, elle bénéficie par ailleurs de nombreux avantages. A commencer par sa capacité à atteindre très rapidement une très haute température. Les industriels ont d’ailleurs très vite compris les enjeux sur ce poi nt et les matériaux ont largement évolué ces dernières années. Les planchas proposent par ailleurs un type de chauffe* permettant de cuisiner des aliments plus variés qu’avec une simple grille, tels que les champignons, les tomates ou les œufs au plat, le tout sans aucun contact entre la flamme et les produits. Au final, « la plancha offre une cuisson plus saine, plus diététique, tout en conservant la dimension conviviale de la cuisine de plein air. Enfin et surtout, facile à allumer, à utiliser et à nettoyer, elle répond parfaitement aux attentes d’un consommateur en quête d’équipements de cuisson facilitants », confirme pour sa part Nicolas Dubar, Directeur commercial de Somagic. La praticité des plaques de cuisson repose aujourd’hui majoritairement sur l’utilisation des énergies utilisées : l’électricité (voir plus loin), mais également le gaz. Ce dernier permet effectivement une chauffe très rapide de la surface de la plancha, caractéristique garante de qualité comme nous le disions plus haut. Mais attention : le gaz peut se révéler dangereux en cas de fuite. C’est pourquoi de plus en plus d’appareils sont équipés d’une coupe alimentation automatique au cas où une bourrasque de vent vienne éteindre la flamme de gaz ! Mais si la technologie gaz fait actuellement les beaux jours du marché de la cuisine de plein air, les combustibles solides font également un retour en force en 2020. La nouvelle plancha de table d’Ofyr, par exemple, s’utilise avec des briquettes de noix de coco – combustible durable réalisé à base de déchets de noix de coco – ce qui permet une cuisson à température uniforme. D’autant que la plancha en question, baptisée Tabl’O, est livrée avec une clé pour retourner la plaque de cuisson, réguler la circulation de l’air et cuisiner avec précision au degré près. Fort de son dynamisme et de ses innovations, le segment de la plancha est le seul à progresser en 2019, tant en valeur (+ 4,3 %) qu’en volume (3,1 %). Des résultats mérités si l’on tient compte du nombre d’avantages offerts par ce type d’équipements. En termes de convivialité, mais également de puissance de chauffe. « Les planchas que nous proposons en accessoires sur tous nos modèles de barbecues sont équipées d’une surface de cuisson en céramique antiadhésive et sans téflon. La chauffe est par ailleurs uniforme grâce à un déflecteur permettant une distribution uniforme de la chaleur », commente ainsi Elodie Van Lente, Account manager France Cadac.

Fuite de gaz ?
Si les planchas performent en 2019, on ne peut malheureusement pas en dire autant des BBQ gaz dont le chiffre d’affaires recule de 4,2 % sur la dernière saison. Reconnaissons toutefois que le segment ne fait pas pire ni mieux qu’en 2018 où ses ventes valeur étaient déjà en retrait de 4,2 %… Bref, pour la seconde année consécutive, la saison se révèle défavorable pour les barbecues gaz. A plus d’un titre d’ailleurs. Tout d’abord d’un point de vue météo avec – comme on l’a vu plus haut – une arrivée du soleil très tardive ne justifiant pas forcément le renouvellement des appareils et encore moins un premier équipement… En clair, « les consommateurs ne se sont pas montés en gamme en 2019. Face au recul du BBQ gaz, la stratégie de Weber est donc de miser sur la multicuisson avec de nouveaux modèles de BBQ intégrant systématiquement une plancha. Nous l’avons fait en 2019 sur le BBQ Spirit et poursuivons sur notre lancée en 2020 avec le Genesis 3 et 4 brûleurs qui lui aussi intègre désormais une plancha », explique ainsi Catherine Massot, Responsable marketing Weber.
Bref, le consommateur y a plutôt regardé à deux fois avant de se rendre au rayon des BBQ gaz en 2019 pour repartir finalement bredouille, voire avec un autre type d’équipements de cuisson… Il faut toutefois se garder de noircir le tableau et tempérer quelque peu cette première analyse. « La saison 2019 a certes été peu profitable au secteur de la cuisine de plein air, mais n’oublions pas que le segment gaz (BBQ et plancha) a progressé de 17 % en valeur entre 2014 et 2019. Le prix moyen du BBQ gaz continue en outre à augmenter ces derniers mois. Celui-ci s’élève à 313 euros à fin décembre 2019, soit une progression de 9 % sur l’année », nuance ainsi Delphine Depont, Responsable marketing Campingaz. Au final, le BBQ gaz continue à apporter de la valeur au marché. « Les comportements du consommateur ont beaucoup évolué ces dernières années, mais le marché atteint aujourd’hui un certain équilibre avec des catégories d’utilisateurs désormais stables, chacun ayant choisi et adopté son type d’équipement (BBQ, plancha) et la technologie lui correspondant (gaz, électricité, charbon). Bref, les fondamentaux du marché sont intacts y compris pour le segment des BBQ gaz », confirme Rémi Bichot, Country manager Southern Europe Barbecook. Un nombre certain de consommateurs continuent ainsi à succomber au charme de ces véritables cuisines mobiles, synonymes de repas au grand air, au jardin, mais également en terrasses ou su balcons. L’offre se développe donc en conséquence vers des gammes toujours plus urbaines, sensibilisant les utilisateurs à de nouveaux concepts. Compact (40 cm) et mobile avec son détendeur pouvant accueillir bouteilles, mais également cartouche de gaz, le tout récent Citi Chef 40 est ainsi monté sur pied. « Ce nouveau modèle, utilisable sans desserte, est moins encombrant et davantage mobile. Grâce à son pied, mais également son faible poids (5 kg), il est idéal pour les balcons et les terrasses, ainsi que pour des usages nomades », poursuit Elodie Van Lente (Cadac).

Aller au charbon…
Le Barbecue à combustion solide, autrement à charbon de bois, n’est pas en reste sur la dernière saison. Ses volumes, par exemple, résistent mieux que ceux du BBQ gaz. Avec un retrait de 8,9 % pour le premier contre un recul de 12,2 % pour le second, le BBQ charbon ne se défend pas si mal et se rapproche même de la moyenne du marché qui, pour rappel, s’établit à – 7,6 % sur la période étudiée. Bref, les résultats du barbecue charbon doivent être relativisés et placés en perspective du nombre d’unités vendues sur chacune des technologies. Ce ne sont ainsi pas moins de 800 000 barbecues à combustion solide contre 200 000 à gaz qui sont vendus tous les ans… Au final, malgré les apparences, le BBQ charbon demeure l’appareil de cuisson de plein air le plus apprécié des Français. Pratique par sa mobilité et souvent léger, comme c’est le cas des modèles les plus récents type Carlo et Billy de Barbecook, il associe en effet la souplesse d’utilisation à la convivialité du feu de bois.
En amont, si le bas et moyen de gamme – principalement les importations – continue à peser sur l’évolution valeur de cet univers, les marques nationales n’en rivalisent pas moins d’ingéniosité pour garantir une meilleure sécurité et globalement une plus grande qualité d’équipements. Sur le segment charbon de bois comme sur les autres technologies, la tendance est au mix des équipements. Certaines marques bien positionnées sur le BBQ charbon n’hésitent ainsi plus à proposer leurs équipements avec une plancha intégrée. Au final, sensible à la qualité et à la sécurité de ces appareils positionnés sur le moyen et haut de gamme, le consommateur n’hésite plus à investir sur ces segments qualitatifs qui représentent aujourd’hui près de 40 % du marché des barbecues à charbon. « En dépit d’une concurrence accrue des BBQ et planchas gaz, le barbecue à charbon continue à bénéficier d’une forte appréciation des utilisateurs. On peut ainsi assister à une récente et nette montée en gamme sur ce segment, montée en gamme bien relayée par la distribution qui accorde de la place en rayon à ces équipements qualitatifs dont le prix peut monter à plus de 300 euros », confirme Nicolas Dubar (Somagic).

La fée Électricité
Enfin, à l’image de la combustion solide, la technologie électrique attire elle aussi beaucoup de consommateurs. Rappelons que celle-ci offre de nombreux avantages dont le principal est d’être utilisable à la fois en extérieur et en intérieur. Sa rapide mise en route et sa simplicité de fonctionnement suscitent également l’intérêt des moins débrouillards qui limitent ainsi les risques d’embrasements. Du plus basique au plus perfectionné, avec ou sans pieds amovibles, de puissances différentes (2 000 watts minimums sont recommandés), et de tailles également variées, les modèles se multiplient en linéaires. Pour la saison 2020, mais également 2021. Cadac, par exemple, prépare pour l’année prochaine une déclinaison électrique de son Citi Chef 40. Enfin, la technologie électrique renforce également ses positions sur le segment des planchas. Certains acteurs, fondateurs du marché de la plancha, renforcent ainsi leur offre de nouveaux modèles électriques ces dernières années.
Renseignements pris auprès des professionnels, le segment de la plancha électrique serait ainsi celui qui progresse le plus ces derniers mois. Difficile de confirmer en l’absence de chiffres précis sur cette catégorie de produits**… Force est toutefois de constater que l’offre évolue à vitesse grand V sur ce type d’équipements. Si Krampouz renforce cette année encore sa présence en linéaires sur cette famille de produits, Somagic continue à miser en 2020 sur sa plancha électrique Oliana. « Ce modèle trouve sa place partout avec son support pour balcon. Equipé d’une plaque de cuisson en fonte émaillée avec rebords incurvés, il affiche une puissance de 2 kW, intègre un thermostat réglable de 50 à 250°C et permet de cuisiner pour 8 personnes », argumente ainsi Nicolas Dubar (Somagic). Bref, tout ne va pas si mal sur le marché des équipements de cuisson en plein air. Les fondamentaux du marché demeurent d’autant plus intacts que les marques nationales (re)gagnent du terrain par rapport aux MDD. Au final, fort d’une distribution prompte à relayer le dynamisme de marques nationales innovantes et d’un consommateur toujours prêt à monter en gamme, le marché pourrait reprendre des couleurs ces prochains mois. A condition que le retour à la normale en termes de situation sanitaire se confirme après la mi-mai, condition sine qua none pour que le consommateur reprenne le chemin des points de vente…

*Chauffe par contact.
** BBQ et planches électriques ne font pas partie du panel GfK.