Philippe Méchin : « Occasion manquée »

Le 16 mars, une chape de plomb s’est abattue sur notre pays avec les conséquences que l’on connaît. Aujourd’hui, voici venu le temps des questions, mais aussi des polémiques aussi violentes que délétères. Loin de nous la volonté d’exprimer dans ces colonnes notre point de vue. Tel n’est pas notre rôle de prendre position sur un sujet aussi éruptif.

Ces deux mois furent donc particulièrement éprouvants pour les grandes enseignes et leurs clients. Et pourtant après que la FMB, sous l’impulsion de son Président Mathieu Pivain, ait obtenu auprès du gouvernement l’autorisation initiale de rester ouvertes pendant le confinement, Leroy Merlin, Castorama et Brico-Dépôt ont décidé de fermer leurs portes, tandis que Mr.Bricolage laissait la liberté de décision à ses adhérents. Jardiland avait fait le choix d’ouvrir, mais en limitant strictement les rayons correspondant à un périmètre autorisé. Certes il y eut sans doute des concertations entre les syndicats, le personnel, la direction, mais celles-ci n’ont débouché que sur la volonté de préserver la santé du personnel et des clients, en raison, à l’époque, de manque de masques, de gel hydro alcoolique, de gants, ce qui se respecte donc. Peut-être certaines grosses structures avaient-elles aussi prévu une chute importante de la fréquentation, préférant en raison des restrictions de sortie ne pas laisser ouvertes des structures lourdes, complexes, coûteuses et mettre le personnel en chômage partiel. Pourtant parmi la majorité de la population cloîtrée, beaucoup se sont sentis pris d’une envie de bricoler, ce qui reste le loisir numéro 1 de nos compatriotes, soit pour remettre en état leur intérieur, soit pour aménager leurs maisons, ou encore de jardiner. Le moment était idéal, mais la plupart du temps ils ne pouvaient trouver que porte close. Heureusement, il y eut l’explosion des ventes en ligne et notamment le succès du click&collect. Néanmoins, si ces mesures ont permis de limiter la casse, le trafic en magasin est resté anémique, voire nul.
Tout ceci a un parfum désagréable d’occasion manquée. Il suffit à cet effet de voir une fois de plus ce qui s’est passé chez nos voisins allemands. Ceux-ci ont subi aussi le confinement, mais l’ont géré avec beaucoup d’habileté, en ne le pratiquant pas massivement et laissant aux Länder la responsabilité de leurs décisions. Tant et si bien que toutes les enseignes sont restées ouvertes. Les magasins ont mis en place de véritables parcours sanitaires permettant aux clients de se déplacer dans des surfaces de vente dont la superficie est similaire aux nôtres d’une manière générale. Résultat, nos amis d’outre-Rhin se sont précipités dans les magasins, permettant ainsi à ceux-ci de réaliser souvent des résultats record. A titre d’exemple, la chaine Hornbach a enregistré une progression de 18 % !
La morale de cette histoire, c’est que malgré tous nos atouts, tout notre savoir-faire, nous sommes en passe de devenir les champions des occasions manquées, et c’est bien quand même bien dommage.